Pardon.

Hier cette femme est morte. Comme tant d’autre. Elle avait 46 ans, deux enfants, un mari, une belle maison et une bonne santé.

Hier son week-end commençait bien, mais un vaisseau sanguin s’est rompu dans sa boite crânienne, comme ça, sans élément déclencheur et son cerveau est mort. Les médecins parlent d’une malformation de naissance jamais détectée.

Hier ma tante est morte. Nous étions en froid avec elle pour plusieurs raisons qui sont bien inutiles de ressasser aujourd’hui.

Hier j’ai perdu ma tante alors que j’aurai dû la retrouver, avant que cela arrive. Afin que l’on ne soit pas tous réunis dans cette « salle des familles » uniquement pour son départ mais pour toutes ces fêtes, ces anniversaires et ces noëls que nous n’avons pas partagés.

Hier dans la voiture, sur le chemin du retour, j’ai beaucoup pensé à mon oncle qui est veuf maintenant, j’ai beaucoup pensé à ma cousine et mon cousin qui sont encore des enfants.

Hier dans la voiture, j’ai pensé que j’aurai du pardonner au lieu d’attendre d’être pardonner. La blessure qui implique le pardon est bien rarement unilatérale, il faut être deux pour se faire du mal et le pardon est un échange. Bien qu’il nous en coûte il faut faire le premier pas.

Mais qu’est ce que le pardon? Je ne savais plus hier ce qu’il impliquait et ce qu’il disait de l’autre. Jusqu’à ce que je me rappelle cette phrase : « En demandant pardon, on demande à être vu tel que l’on est, en dépit de ses actes. Répondre à cette demande c’est l’amour le plus profond dont un humain soit capable » du livre L’armoire des robes oubliées de Riika Pulkkinen.

Le pardon est un don, le pardon est un acte d’amour.

Après une grande respiration, j’ai pensé à ma tante et je lui ai pardonné d’avoir été fragile et d’avoir vu le monde et notre famille à travers le prisme de ses douleurs. Un prisme que nous n’avons toujours pas compris, mais qui l’a faisait certainement trop souffrir.

Puis j’ai eu une seconde grande respiration et je me suis demandée à qui je devrais également pardonner avant qu’il ne soit trop tard. En arrivant à la maison j’ai pris mon clavier et j’ai écrit un mot à un vieil ami avec qui nous sommes en froid pour lui présenter mes excuses et lui faire savoir que je le comprenais et que je lui pardonnais ses actes.

Penser à pardonner avant qu’il ne soit trop tard. La vie est si fragile, si légère et si courte.

Si comme moi vous n’avez pas eu le temps, pardonnez au passé et attachez vous à l’avenir. Cet évènement terrible m’a permis de retrouver ma cousine et mon cousin et l’amour était là même après quelques années de froid.

 

mains

Publicités

6 réflexions au sujet de « Pardon. »

  1. Toutes mes condoléances pour ta tante… La vie est parfois difficile et demander comme accepter un pardon n’est pas toujours facile. On devrait tous prendre exemple et faire se pas en avant avant qu’il ne soit trop tard… En tout cas remet toi bien et profite de tes cousin/cousines.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s